La Camargue

La Camargue se situe dans le delta du Rhône au sommet duquel se trouve la ville d’Arles. A sa base, à l’ouest  l’embouchure du petit Rhône à proximité des Saintes-Maries de la Mer et à l’est l’embouchure du Rhône au sud des Salins de Giraud. Elle est située dans le département des Bouches du Rhône.

Ce delta de 100 000 hectares est constitué de plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur d’un limon qui s’est formé il y a quelques milliers d’années.

Au cours du temps, les bras du Rhône se sont déplacés dans cette zone en formant d’importants bourrelets sableux (couverts de fôrets), délimitant au nord des dépressions marécageuses d’eau douce ou faiblement saumâtre, couvertes de roselières. Au sud, une série de cordons dunaires emprisonne des lagunes aux eaux sursalées.

Depuis 1967, l’homme a totalement endigué la Camargue pour se protéger des crues.

Durant l’hiver, toute la partie sud de la Camargue est inondée tandis qu’en été, la même zone se transforme en désert sec et sursalé. Seuls subsistent alors les étangs du Vacarès, du Lion et de la Dame.

La flore :

L’inondation hivernale suivie de la sécheresse qui apparait dès le mois de mars est supportée par seulement 4 espèces de salicornes qui composent les « sansouires ». Chacune de ces espèces pousse à une altitude précise (mesurée en centimètres).

Vue sur une sansouire au loin (rouge en bordure d’étang)

Les dunes fossiles couvertes de genevriers plusieurs fois centenaires et les dunes du littoral fixées par des oyats, possèdent des réservent d’eau pluviale jusqu’en juin.

La faune :

La diversité des habitats, les changements de conditions climatiques en cours d’années favorisent la survie d’espèces animales qui ont  soit un cycle de développement mi-aquatique, mi-terrestre, comme les libellules, les moustiques ou les amphibiens dans les zones les moins salées, soit des capacités de déplacement rapide comme les oiseaux et les mammifères.

356 espèces d’oiseaux ont été recensées en Camargue. Parmi elles des espèces rares. La Camargue est un lieu de passage migratoire et selon les saisons, les espèces rencontrées varient. On recense différents types de populations :

1) les espèces sédentaires comme la Panure à moustache et la Bouscarle de Cetti,
2) les estivants nicheurs d’avril à septembre comme les sternes, les guêpiers, les rolliers, les huppes fasciées,
3) Les hivernants de septembre à mars parmi lesquels de nombreux canards comme la sarcelle d’hiver,
4) les migrateurs au long cours qui passent par la Camargue sur leur trajet entre l’Europe et l’Afrique en automne et leur retour en sens inverse au printemps.

On trouve également des mammifères en Camargue tels les sangliers, renards, lapins, ragondins. Ceux-ci sont moins visibles car ils sont souvent nocturnes.

Sanglier dans les salins de Badon (13)

Laisser un commentaire